Sécurité

Auteur Sujet: Sécurité  (Lu 183 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne Chuck

  • Sr. Member
  • ****
  • Messages: 347
  • Karma: +4/-2
Sécurité
« le: juin 13, 2020, 09:55:31 am »
Sécurité: responsabilisation et prévention

Le préfet maritime de la Manche et de la mer du Nord, le vice-amiral d’escadre Philippe Dutrieux, a lancé à Berck-sur-Mer la campagne de sécurité des loisirs nautiques pour tout le littoral de la frontière belge au cap d’Antifer au Havre.

Par Luc Farissier | Publié le11/06/2020 Nord littoral

Le vice-amiral d’escadre, Philippe Dutrieux, préfet maritime de la Manche et de la mer du nord, a lancé la campagne de sécurité des loisirs nautiques depuis la baie d’Authie à Berck.Le vice-amiral d’escadre, Philippe Dutrieux, préfet maritime de la Manche et de la mer du nord, a lancé la campagne de sécurité des loisirs nautiques depuis la baie d’Authie à Berck.
   
Les chiffres parlent d’eux-mêmes : en 2019, il y a eu 1 000 interventions de secours en mer entre le Havre et Dunkerque et l’on déplore 30 décès et 7 disparus. On comprend que les autorités maritimes tiennent à mettre l’accent sur cette question à quelques jours des vacances d’été.

« Ces chiffres sont en forte augmentation » explique le préfet maritime, « nous enregistrons une hausse de 30 % des interventions. Il faut bien comprendre que la mer est un merveilleux milieu pour de nombreux loisirs quand tout est paisible. Mais ce milieu peut très vite devenir à hauts risques si l’on n’anticipe pas notamment avec la météo ».


Le représentant de l’État qui a autorité civile et militaire sur tout le littoral souhaite donc prévenir plutôt que guérir. « L’an dernier nous avons effectué plus de 2 000 contrôles. Notre priorité n’est pas de faire de la répression mais bien de la prévention et de la pédagogie. Nous avons, par exemple, effectué plus de 250 interventions pour récupérer du matériel à la dérive. Les voiles, notamment de kitesurf doivent impérativement être marquées pour nous éviter des recherches inutiles. D’autre part, il est très important que chaque usager qui part en mer possède un moyen de communication pour prévenir le 196 en cas de problème.
Une responsabilisation qui n’est pas encore entrée dans les mœurs malgré les drames que nous connaissons régulièrement. Ce fut le cas cet hiver en baie de Somme où 3 kayakistes ont perdu la vie alors qu’ils n’avaient ni téléphone, ni lampe à flash, ni même un simple miroir pour signaler leur présence. « L’un des rescapés nous a avoué que l’hélicoptère était passé plusieurs fois au-dessus de lui alors qu’il faisait nuit et qu’il n’avait aucun moyen de se signaler ».

Météo et table des marées
Autre fléau sur nos côtes, l’isolement par la marée et l’encerclement. Un phénomène que l’on connaît très bien sur les côtes sableuses et près des estuaires. Et pourtant chaque année, de nombreuses interventions de secours concernent ces faits. «  Il suffit de consulter la météo et de lire une table des marées pour éviter des drames » insiste le Philippe Dutrieux, « ce sont des règles basiques et simples qui sont toujours les mêmes et pourtant que certains négligent. D’où les efforts d’information, de pédagogie et de prévention que tous les acteurs de la mer doivent toujours avoir à l’esprit. »

Pour conclure cette journée de lancement de la campagne de sécurité, le vice-amiral d’escadre a assisté à un exercice des hommes et des femmes de la station SNSM de Berck. « Je découvre ce secteur, c’est très beau. Et j’ai enfin pu apercevoir le fameux Bois de sapins dont on parle tant » sourit Philippe Dutrieux l’œil attentif avant de s’entretenir avec Guy Lardé, le président de la station berckoise.

Bernard Barron, le président de station SNSM de Calais, assistait à ce lancement et explique les spécificités de chaque secteur côtier : « nous n’avons pas tout à fait les mêmes problématiques qu’ici à Berck. Nous, nous faisons plus d’interventions en haute mer, des assistances aux pêcheurs, mais aussi aux cargos de passage dans le détroit. Nous avons également plus de naufrages et nous avons un phénomène, lui aussi récurrent, ce sont les gens qui se retrouvent prisonniers au pied des falaises à marée montante ».